Audit

Nous intervenons en audit la plupart du temps dans deux circonstances particulières : soit préalablement à une évolution, voire une refonte du réseau, soit sur incident pour déterminer l’origine du problème et proposer un mode de résolution.

Nos équipes ainsi que les différents moyens techniques que nous mettons en œuvre, seuls ou avec des partenaires très qualifiés, nous permettent de réaliser un audit de la couche 1 (câblage) jusqu’à la couche applicative (serveurs).

Audit visuel

Permet de mettre en évidence les défauts d’organisation du brassage, des locaux techniques (alimentation électrique, ventilation etc.). L’audit visuel peut aller jusqu’à la mesure sur les connexions cuivre ou fibres, les tests électriques sur les différentes masses ou sur le courant ondulé.

Audit Wireless

Permet de mettre en évidence les défauts d’organisation du Wifi, de l’implantation physique des Bornes (Access Points)  (problème de bruits, d’absorption, d’interférence, de « rogue » AP etc.). L’audit Wireless utilise des mesures complètes sur site des signaux des différentes bornes, du rapport signal/bruit, des performances upload et download.

Analyse fonctionnelle

Permet de déterminer les différentes fonctions attendues par l’utilisateur et de déterminer dans quelle mesure le réseau assure ces fonctions. Cette démarche implique fortement le client qui, ainsi, exprime ses attentes en termes de temps de réponse, de flexibilité, de sécurité, de fiabilité ou tout autre critère fonctionnel. Elle permet ensuite une analyse détaillée du réseau, composant par composant, ou groupe fonctionnel (backbone LAN, composants LAN d’extrémités, serveurs de fichiers) afin de déterminer les carences et donc les réponses à apporter pour couvrir les demandes exprimées.

Métrologie

Permet de connaître avec précision les différents flux d’un réseau. Les classifications peuvent se faire par protocoles, par stations, par serveurs, par sous-réseaux ou VLAN de manière à appréhender le fonctionnement macroscopique des flux. En cas de résolution d’incident, cette première approche permet de déterminer les « coupables » potentiels et de mettre en œuvre une analyse plus fine, soit par machine, soit par conversation ou type de conversation.